Les expositions

Liens utiles

« Regardez voir », exposition des artistes des Arches

Du 14 septembre au 28 octobre

Les artistes professionnels venant du monde entier sont réunis dans les 28 ateliers mis à leur disposition sous les Arches depuis 2002. Ils rassemblent de nombreux styles et genres artistiques, en peinture, sculpture, installation, photo, dessin, vidéo, street-art… Pour célébrer cet anniversaire, ils nous invitent à découvrir leurs savoir-faire dans une nouvelle exposition au Musée.

« Regardez voir ! » C’est le thème de cette exposition collective proposée par les artistes des Arches à l’occasion de leurs 20 ans. Elle réunira 23 artistes qui y présenteront leurs travaux sous le commissariat d’Agathe Anglionin : « Il est généralement difficile de saisir les choses de l’intérieur. Elles nous sont données du dehors et selon le point de vue de la conscience qui les observe. La perspective est toujours celle du regardeur, jamais celle du phénomène lui-même. Nous croyons donc regarder des formes, comprendre des discours, développer des idées. Pourtant leur véritable composition n’est pas toujours bien perçue. Nos habitudes nous ont voilé la conscience à seule fin d’assurer la continuité d’un monde familier que nous avons conçu à notre image. Nous ne savons pas voir un paysage dans sa complexité, mais seulement la vague que nous associons à un paysage. Nous ne savons pas spontanément revenir aux choses mêmes. C’est sans doute la part la plus constante de l’art de nous réapprendre à contempler le monde, sous toutes ses coutures et dans ses plis les plus dissimulés. À l’heure où les grands équilibres mondiaux sont mis au plus mal, avec le spectre d’une guerre mondiale et le dérèglement du climat, cette exposition nous parle des petits équilibres instables qui viennent bousculer les apparences pour remettre en mouvement notre rapport au monde. »

Autour de l’exposition :
Samedi 17 septembre à 15h : Journées européennes du patrimoine : rendez-vous avec les artistes des Arches
Vernissage le mercredi 21 septembre à 18h30
Week-end portes ouvertes des Arches les vendredi 24 et samedi 25 septembre.


Victor Prouvé, le maître de l’Art nouveau à Issy 

Du 11 mai au 14 août 2022

"Etude pour La Vie", Victor Prouvé.
« Etude pour La Vie », Victor Prouvé.

Le Musée Français de la Carte à Jouer présente une exposition sur le peintre Victor Prouvé (1858-1943), figure majeure de l’Art nouveau, ayant pleinement participé au renouveau des arts décoratifs au tournant du XXe siècle.

Né à Nancy, en 1858, fils d’une fine lingère et d’un dessinateur en broderie, Victor Prouvé étudie le dessin à l’école municipale de sa ville natale. Il intègre quelques années plus tard en qualité de boursier l’École des Beaux-Arts de Paris où il suit l’enseignement du peintre académique Alexandre Cabanel.

Il expose au Salon de la Société nationale des beaux-arts à partir de 1882 où il obtient plusieurs prix tout en recevant ses premières commandes.

« Jeune fille allongée, étude pour La Vie », Victor Prouvé.

Peintre, dessinateur, sculpteur, graveur, il explore tous les domaines de la création, travaille la reliure, réalise des modèles préparatoires pour des verreries et s’intéresse au domaine textile, seul ou en collaboration avec d’autres : Emile Gallé, Camille Martin, Joseph et Pierre Mougin.

Sa période parisienne est marquée par son activité de peintre-décorateur. Il participe aux deux concours pour la décoration de la salle à manger de l’Hôtel de Ville de Paris (1891-1893), obtient en 1896 la commande du décor de l’escalier d’honneur de l’Hôtel de Ville d’Issy-les-Moulineaux et reçoit en 1898 la commande de panneaux décoratifs pour la mairie du XIe arrondissement. Ces œuvres s’inscrivent dans la politique artistique de la IIIe République.

À travers près de 70 œuvres empruntées à plusieurs institutions françaises (musée de l’École de Nancy, musée du Petit Palais, musée d’Orsay), principalement des peintures et dessins dont de nombreuses études préparatoires, mais aussi des objets d’art décoratif, cette exposition présentera l’étendue de son talent, au service du décor. Une section de l’exposition sera entièrement dédiée à son œuvre isséenne, La Vie, récemment restaurée, qui le consacra comme principal peintre-décorateur de son temps.

Cette exposition est organisée avec la participation du musée de l’École de Nancy.

Retour en vidéo sur la restauration de « La Vie », en 2019, à l’Hôtel de Ville d’Issy :

Vernissage de l’exposition : mercredi 11 mai à 18h30, entrée libre.


Tarots enluminés, chefs-d’œuvre de la Renaissance italienne

Du 15 décembre 2021 au 13 mars 2022

Les tarots enluminés du XVe siècle fascinent. Leur qualité d’exécution, la richesse de leurs couleurs, leurs fonds d’or estampés en font des œuvres à part, à la fois cartes à jouer et miniatures.

Objets de luxe, ils ont été mieux préservés que les tarots ordinaires imprimés. Dominés par les cartes peintes par Bonifacio Bembo et son atelier pour la cour de Milan au milieu du XVe siècle, les tarots enluminés ont été aussi réalisés pour d’autres centres, tels Ferrare ou Florence. L’apparition sur le marché de l’art et l’acquisition par le Musée de la Carte à Jouer d’un superbe Chariot, un des atouts du tarot, totalement inédit, a bousculé les attributions faites jusque-là.

C’est ce regard nouveau que propose l’exposition organisée autour de la carte du Chariot et de ses « sœurs », exceptionnellement prêtées par le musée national de Varsovie.

De précieux tarots milanais et florentins, en provenance d’institutions prestigieuses tels le Louvre, la Bibliothèque nationale de France, la Morgan Library and Museum à New-York ou encore les musées de Sicile les accompagnent. Les tarots enluminés apportent des lumières indispensables à la connaissance de la peinture italienne du XVème siècle. « Triomphes » de Pétrarque, plateau d’accouchée, livres illustrés, en éclairent le contexte historique, artistique et intellectuel.

L’exposition présente plus de 70 œuvres issues de prêts en France et à l’étranger.

Elle s’accompagne d’un catalogue richement illustré coédité avec les éditions Liénart et d’un colloque international. Le commissariat scientifique est assuré par Thierry Depaulis, spécialiste reconnu de l’histoire du tarot, auteur du catalogue Tarot, jeu et magie, qui accompagnait la mémorable exposition de la Bibliothèque nationale en 1984-85 et, plus récemment, du livre Le tarot révélé : une histoire du tarot d’après les documents, paru en Suisse en 2013.

Vernissage : vendredi 17 décembre, à 18h30

Conférences et journée d’étude

Jeudi 20 janvier 2022 à 18h30
Présentation de l’exposition par Thierry Depaulis, commissaire scientifique. Entrée libre.

Vendredi 11 mars 2022 de 9h à 18h
Colloque : plusieurs chercheurs et historiens d’art proposeront des communications d’une durée de 30 min, dressant ainsi un état des lieux complet des connaissances sur les tarots enluminés.
En présence de Thierry Depaulis, Ross Caldwell, Roberta Delmoro, Ada Labriola, Emilia Maggio, Gabriele Reina, Marie- France Lemay.
Entrée libre, renseignements au 01 41 23 83 60.

Et aussi…
Un dimanche par mois à 16h – Lecture et musique autour de la Renaissance italienne par la compagnie du Théâtre de l’Impossible

Visites guidées par les étudiants de l’IESA, l’école internationale des métiers de la culture et du marché de l’art. pendant les vacances et le week-end.

Visites de groupe (par le Service des publics du musée)

Si vous souhaitez en savoir plus, rendez-vous sur le site de Beaux Arts Magazine ou celui du Magazine Geo. Vous pouvez aussi retrouver en replay sur France Culture, l’émission consacré à l’exposition, avec Thierry Depaulis, commissaire scientifique de l’exposition. 


Biennale d'Issy

Biennale d’Issy : Chimères artistiques, figurer le cosmos

Du 15 septembre au 7 novembre 2021

Si au sens mythologique les chimères sont des créatures hybrides et fantastiques, elles évoquent aussi les projets séduisants mais irréalisables de l’être humain qui s’efforce de discerner l’invisible, de conquérir l’univers,
voire de dompter l’infini. S’emparant avec inventivité d’une même thématique avec les médias traditionnels – photographie, peinture, dessin, céramique, sculpture – ou le potentiel créatif offert par l’art numérique et la vidéo, les artistes contemporains portent un regard grave et sensible sur le monde.

Avec lucidité ou férocité, parfois même avec une note d’humour, ils nous livrent leurs représentations des chimères ou de l’au-delà et leurs visions, réelles ou fantasmées, de la nature humaine en proie à l’inconnu. Les uns portent un message, d’autres s’arrêtent sur la beauté de l’univers, tous s’accordent à illustrer le mystère d’être au monde.

Ainsi, vous pourrez contempler des oeuvres de Robert Combas, Richard Texier, Françoise Niay, Renaud Auguste-Dormeuil… Retrouvez également la Biennale en « off » à la Médiathèque Centre-Ville, et à l’Ecole de Formation des Barreaux avec des meubles peints par Robert Combas. Sur la place de l’Hôtel de Ville, vous pourrez vous arrêter devant l’installation lumineuse de Florence Tassan Toffola et Hugo Verlinde, représentant Icare fuyant le labyrinthe oppressant, et rêvant du Ciel, sous la forme d’un totem orné d’une figure ailée.


L'Annee terrible

« L’ANNÉE TERRIBLE 1870-1871, REGARDS CROISÉS »

Du 26 mai au 14 Août 2021

Deux événements majeurs se sont inscrits entre l’été 1870 et l’été 1871 : la guerre contre la Prusse de septembre 1870 à janvier 1871, puis la Commune de mars à mai 1871. Paris subit deux sièges successifs et une place de tout premier plan revint au Fort d’Issy, qui commandait la partie la plus faible de l’enceinte de la capitale.

L’exposition privilégie la réinsertion de ces temps forts de l’histoire isséenne dans le contexte de l’époque, à travers la peinture, les arts graphiques et la sculpture. Elle permet ainsi de constater que si la Commune est devenue le fait marquant de l’année 1870-71, elle s’est longtemps effacée derrière la guerre franco-prussienne dont elle est une conséquence directe. Les deux événements présentent d’évidents points communs, dont le moindre n’est pas leur échec final. Pour l’artiste se pose alors une question : comment représenter l’issue malheureuse d’un conflit ? Si chacun a répondu avec ses émotions et ses engagements, chaque événement a aussi donné naissance à ses propres images.